Tous les articles de la catégorie "LGBT"
23 juillet 2018
ADSI Technowest
Commentaires fermés sur Plus de 50% des LGBT victimes d’agressions

Plus de 50% des LGBT victimes d’agressions

Quelle est l’ampleur des agressions et des discriminations subies par les personnes bi, trans, gays et lesbiennes en France ? Quels sont les lieux où les risques d’exposition sont les plus élevés ? Quel impact peuvent-elles avoir sur les déplacements ou la vie quotidienne des LGBT ?

Une enquête réalisée en mai/juin 2018 par l’IFOP pour l’observatoire LGBT+ Fondation Jean Jaurès et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) sur un échantillon de 994 personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres révèle que les agressions physique et verbales et les discriminations sont encore leur quotidien.

En effet, cette enquête révèle que 53 % des LGBT ont déjà été confrontés à au moins une forme d’agression homophobe. Les formes verbales d’homophobie, insultes ou d’injures homophobes, sont les plus répandues (28 % des LGBT et jusqu’à 49 % chez les homosexuel·le·s). Toutefois, l’ampleur des agressions physiques ou sexuelles à caractère homophobe ou transphobe est loin d’être marginale (24 % ont déjà été agressés sexuellement et 17 % ont fait l’objet d’actes de violences physiques, dont 39 % des homosexuel·le·s résidant dans des banlieues « populaires »). Les personnes LGBT sont également victimes de menaces (18 % des LGBT ont fait l’objet de menaces « d’outing »)

Pour plus d’une personne LGBT sur quatre, l’homophobie au travers d’insultes ou de menaces verbales s’expérimente très jeune, dans l’enceinte des établissements scolaires (26 %), ou plus généralement dans l’espace public (23 %). La violence physique homophobe concerne quant à elle 13 % des personnes LGBT dans le milieu scolaire et dans l’espace public.

Une personne LGBT sur trois (33 %) affirme également avoir déjà été discriminée en raison son orientation sexuelle au cours de sa vie, les discriminations les plus fréquentes ayant eu lieu dans leur milieu professionnel (25 %), lors de leur scolarité (21 %) ou d’une recherche d’emploi (19 %). Assumer son homosexualité expose de manière générale les individus à une plus forte probabilité de subir des discriminations, quatre homosexuel·le·s assumé·e·s sur dix déclarant avoir déjà été discriminé(e)s (+11 points que la moyenne des personnes LGBT) dont notamment par des supérieurs hiérarchiques (33 % contre 25 % en moyenne).

En réaction à ces risques réels ou anticipés, près de six personnes LGBT sur dix (59 %) déclarent adopter des comportements visant à éviter des injures ou des agressions homophobes tels qu’éviter d’embrasser son partenaire (43 %), revoir son code vestimentaire pour ne pas risquer de révéler ses préférences sexuelles (24%), éviter de se montrer avec un partenaire du même sexe devant ses voisins (33 %) . Un taux qui atteint même 75 % parmi les homosexuels assumés.

Source : https://jean-jaures.org/nos-productions/l-homophobie-dans-la-societe-francaise

Et pour en savoir plus, lien vers les résultats de l’enquête : https://jean-jaures.org/sites/default/files/redac/commun/productions/2018/0627/111525_ifop_fjj_dilcrah_observatoire_26.06.2018_0.pdf

23 juillet 2018
ADSI Technowest
Commentaires fermés sur Le Ministère du Travail signe la Charte d’Engagement LGBT+ de l’Autre Cercle

Le Ministère du Travail signe la Charte d’Engagement LGBT+ de l’Autre Cercle

Jeudi 19 juillet, Muriel Pénicaud, Ministre du Travail a signé la charte d’engagement LGBT+ de l’Autre Cercle, association visant à promouvoir la diversité et à prévenir les discriminations à l’encontre des personnes LGBT+ (Lesbienne, Gay, Bi, Trans et Intersexe) dans le monde du travail.

Déjà plus de 90 organisations publiques et privées sont engagées dans cette démarche. Le Ministère du Travail était le 93ème signature de cette Charte d’Engagement LGBT+ de l’Autre Cercle.

Pour la ministre du travail, « La discrimination à l’égard des LGBT est un fléau qui mine la confiance en soi et qui rompt le lien social en entreprise. Discriminer, c’est se priver de talents. Discriminer, c’est se priver de la diversité qui fait la richesse d’un collectif. Discriminer, c’est illégal. Pour que le droit devienne un droit réel au quotidien, nous devons lutter contre les violences sexuelles, contre les stéréotypes et contre l’homophobie ordinaire. La charte d’engagement contribuera à changer les mentalités pour que l’orientation sexuelle ne soit plus un tabou. »

Cette signature engage le ministère du Travail à poursuivre et à renforcer les actions de sensibilisation et de formation auprès de ses collaborateur-trice-s afin de combattre les préjugés, de renforcer la prévention et de veiller à une égalité de droit et de traitement entre toutes et tous, quelles que soient leur orientation sexuelle ou identité de genre. Elle vise aussi, à renforcer la mobilisation de l’inspection du travail pour lutter contre toutes les formes de discrimination.

A cette occasion, Muriel Pénicaud a également annoncé que le thème de l’orientation sexuelle serait intégré à la formation initiale des inspecteurs du travail sur les discriminations.

Source : http://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/signature-de-la-charte-d-engagement-lgbt-pour-lutter-contre-les-discriminations

Et pour aller plus loin : http://www.autrecercle.org/

17 mai 2018
ADSI Technowest
Commentaires fermés sur Rapport sur l’homophobie 2018

Rapport sur l’homophobie 2018

À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les LGBTphobies, et pour la 21ème année consécutive, SOS homophobie a publié son Rapport sur l’homophobie. Ce rapport est un état des lieux accompagné de témoignages concrets de LGBTphobies reçus par l’association

Quelques chiffres issus de ce rapport:
– + 4.8% d’actes LGBTphobes en 2017 : les témoignages d’actes LGBTphobes signalés à SOS homophobie ont augmenté de 4,8%. Il s’agit d’une nouvelle année de hausse après l’augmentation de 19,5% en 2016.
– + 15% d’agressions physiques à caractère LGBTphobes : le nombre d’agressions physiques à caractère LGBTphobes connaît une augmentation avec 139 agressions physiques signalées en 2017 contre 121 en 2016, soit une agression physique LGBTphobe tous les trois jours en France en 2017.

+ 154% de cas de biphobie : les cas de biphobie signalés à SOS homophobie explosent avec une augmentation de 154 %. Un des préjugés les plus courants sur les bisexuel·le·s est généralement la facilité à avoir des relations amoureuses et sexuelles. Le prétexte mis en avant étant le large choix dont ils ou elles disposeraient. Ce cliché est fréquent chez les hétérosexuel·le·s mais aussi chez les homosexuel·le·s.

+ 38% de LGBTphobies dans le milieu scolaire: les situations de LGBTphobies signalées à SOS homophobie qui ont eu lieu dans le milieu scolaire ont augmenté de 38%.«Pédé» reste la première insulte prononcée dans les cours de récréation.
–  22% des actes LGBTphobes signalés à SOS homophobie ont eu lieu sur internet. Viennent ensuite les contextes Travail (11 %), Voisinage (11 %) et Famille (10 %).
Les insultes sont toujours monnaie courante dans l’environnement professionnel notamment de la part des collègues (en hausse de 5 points, soit signalées dans 49 % des cas) et la LGBTphobie de certains dirigeants engendre aujourd’hui encore des licenciements dans 5 % des cas signalés en 2017.
Le rapport souligne qu’aujourd’hui encore, afficher autre chose que l’hétérosexualité dans le cadre professionnel demeure une prise de risque pour sa carrière professionnelle mais aussi pour sa santé et sa vie privée.

Sources et pour aller plus loin:

– lien vers  le dossier de presse
– télécharger le Rapport sur l’homophobie 2018
5 mars 2018
ADSI Technowest
Commentaires fermés sur Sortie des résultats détaillés du 1er baromètre Autre-Cercle/IFOP

Sortie des résultats détaillés du 1er baromètre Autre-Cercle/IFOP

A l’occasion des 20 ans de l’Autre Cercle en 2017, le Pôle Observatoire de l’Autre Cercle a élaboré avec l’IFOP le premier « Baromètre LGBT Autre Cercle-IFOP ».

Les résultats détaillés de ce  1er baromètre Autre-Cercle/IFOP sur l’inclusion des LGBT dans le monde du travail sont maintenant disponibles sur  le site de l’IFOP et sur le site de l’Autre Cercle. Le lancement officiel de ces résultats détaillés s’est fait ce mardi 27 février 2018 .

Les résultats les plus marquants de ce Baromètre sont que :

  • 71% des LGBT disent être visibles au travail. Cependant, 39% de ces personnes ne sont visibles que vis-à-vis de certains collègues, 30% à l’ensemble des collègues, et dans seulement 16% des cas le supérieur hiérarchique et 9% les Ressources Humaines.
  • A noter une différence de 10 points antre hommes (74%) et femmes (64%) LGB qui sont visibles, et 68% des personnes transgenres.
  • Les personnes LGBT qui choisissent de ne pas être visibles le font en évitant de parler de leur vie privée (73%), seules 14% font croire à leur hétérosexualité. Les personnes invisibles qui considèrent leur invisibilité comme un avantage ou un problème se répartissent de façon équitable (51% et 49%).
  • Les répondants au Baromètre se sentent très largement bien intégrés dans leur organisation, qu’ils soient LGBT ou non
  • Moins de 15% des répondants ont constaté des discriminations à l’égard des LGBT mais ce chiffe monte à 30% lorsque l’on interroge les LGBT. Parmi les LGBT, 22% ont constaté des discriminations au sein de leur organisation, essentiellement des moqueries de la part de collègues (77%), moins souvent du management (37%), mais aussi des mises à l’écart (31%) et des insultes (21%) de la part des collègues. Les personnes LGBT victimes elles-mêmes de discrimination rapportent également majoritairement des moqueries, des mises à l’écart, mais aussi pour 29% des inégalités de déroulement de carrière.
  • Enfin, moins de 5% des répondants se disent « mal à l’aise » face à une personne gay, lesbienne ou bixesuel.le mais 15% le sont face à une personne transgenre.

Source et pour télécharger les résultats détaillés : http://www.autrecercle.org/page/premier-barometre-lgbt-autre-cercle-et-ifop

 

18 décembre 2017
ADSI Technowest
Commentaires fermés sur LGBT & MONDE DU TRAVAIL EN 2017 – Quelles expériences ? Quelles perceptions ? Quelles attentes ?

LGBT & MONDE DU TRAVAIL EN 2017 – Quelles expériences ? Quelles perceptions ? Quelles attentes ?

A l’occasion de son 20ème anniversaire, l’Autre Cercle a présenté ce 14 décembre les résultats de son 1er barométre AUTRE CERCLE/IFOP  : LGBT & MONDE DU TRAVAIL EN 2017 – Quelles expériences ? Quelles perceptions ? Quelles attentes ?

6 698 personnes issues de 41 organisations  signataires de la charte d’Engagement LGBT de l’Autre cercle ont été interrogées du 16 octobre au 12 novembre 2017, dont 79 % de personnes hétérosexuelles, 17 % de LGBT, 54 % de femmes, 45 % d’hommes. Les répondants travaillent à 47 % en Île-de-France, à 53 % dans d’autres régions, ils sont à 91 % en CDI, à 9 % en CDD, 2 tiers travaillent dans le secteur public et 1 tiers dans le secteur privé.

Selon l’étude, 89% des LGBT se sentent bien intégrées dans leurs entreprises (72% pour les personnes transgenres) et 77% recommanderaient à l’un-e de leurs proches de venir travailler dans leur organisation. Un jugement globalement positif en matière d’inclusion mais des écarts de perceptions au sujet des discriminations : seulement 9% des hétérosexuel.le.s contre 30% des LGBT disent avoir déjà constaté des discriminations à l’égard d’homosexuel.le.s dans leur organisation. Parmi les discriminations subies, on retrouve en première place les moqueries de la part des collègues (60%), suivies des mises à l’écart de la part des collègues (31%) et enfin des inégalités dans le déroulement de carrière (29%).

71% des lesbiennes, gays et bisexuel.le.s déclarent être « visibles » au sein des organisations signataires de la charte d’Engagement LGBT (à comparer au tiers de « visibles » évalué en moyenne dans d’autres études de la Halde, du Défenseur des droits ou de l’Autre Cercle). Parmi les LGB, les hommes sont plus visibles que les femmes (75% contre 64%), signe de l’existence d’un probable « double plafond de verre » dans le monde du travail pour les femmes lesbiennes et bisexuelles.

Pour les répondant-e-s, les 3 mesures les plus utiles de la charte d’engagement sont les actions de sensibilisations de l’ensemble du personnel et de l’encadrement sur les questions LGBT, la présence d’un.e référent.e diversité dans l’organisation, et des prises de paroles de la direction générale sur les questions LGBT. 85% des répondant.e.s (LGBT comme hétérosexuel.le.s) soutiennent la signature de la « Charte d’Engagement LGBT Autre Cercle» par leur organisation…… et seuls 4% s’y opposent

Source et pour aller plus loin, télécharger la plaquette de présentation des résultats : barometreLGBT et monde du travail_ifop_2017

 

 

Pages :123»