23 juillet 2018
Commentaires fermés sur Plus de 50% des LGBT victimes d’agressions

Plus de 50% des LGBT victimes d’agressions

Quelle est l’ampleur des agressions et des discriminations subies par les personnes bi, trans, gays et lesbiennes en France ? Quels sont les lieux où les risques d’exposition sont les plus élevés ? Quel impact peuvent-elles avoir sur les déplacements ou la vie quotidienne des LGBT ?

Une enquête réalisée en mai/juin 2018 par l’IFOP pour l’observatoire LGBT+ Fondation Jean Jaurès et la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah) sur un échantillon de 994 personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres révèle que les agressions physique et verbales et les discriminations sont encore leur quotidien.

En effet, cette enquête révèle que 53 % des LGBT ont déjà été confrontés à au moins une forme d’agression homophobe. Les formes verbales d’homophobie, insultes ou d’injures homophobes, sont les plus répandues (28 % des LGBT et jusqu’à 49 % chez les homosexuel·le·s). Toutefois, l’ampleur des agressions physiques ou sexuelles à caractère homophobe ou transphobe est loin d’être marginale (24 % ont déjà été agressés sexuellement et 17 % ont fait l’objet d’actes de violences physiques, dont 39 % des homosexuel·le·s résidant dans des banlieues « populaires »). Les personnes LGBT sont également victimes de menaces (18 % des LGBT ont fait l’objet de menaces « d’outing »)

Pour plus d’une personne LGBT sur quatre, l’homophobie au travers d’insultes ou de menaces verbales s’expérimente très jeune, dans l’enceinte des établissements scolaires (26 %), ou plus généralement dans l’espace public (23 %). La violence physique homophobe concerne quant à elle 13 % des personnes LGBT dans le milieu scolaire et dans l’espace public.

Une personne LGBT sur trois (33 %) affirme également avoir déjà été discriminée en raison son orientation sexuelle au cours de sa vie, les discriminations les plus fréquentes ayant eu lieu dans leur milieu professionnel (25 %), lors de leur scolarité (21 %) ou d’une recherche d’emploi (19 %). Assumer son homosexualité expose de manière générale les individus à une plus forte probabilité de subir des discriminations, quatre homosexuel·le·s assumé·e·s sur dix déclarant avoir déjà été discriminé(e)s (+11 points que la moyenne des personnes LGBT) dont notamment par des supérieurs hiérarchiques (33 % contre 25 % en moyenne).

En réaction à ces risques réels ou anticipés, près de six personnes LGBT sur dix (59 %) déclarent adopter des comportements visant à éviter des injures ou des agressions homophobes tels qu’éviter d’embrasser son partenaire (43 %), revoir son code vestimentaire pour ne pas risquer de révéler ses préférences sexuelles (24%), éviter de se montrer avec un partenaire du même sexe devant ses voisins (33 %) . Un taux qui atteint même 75 % parmi les homosexuels assumés.

Source : https://jean-jaures.org/nos-productions/l-homophobie-dans-la-societe-francaise

Et pour en savoir plus, lien vers les résultats de l’enquête : https://jean-jaures.org/sites/default/files/redac/commun/productions/2018/0627/111525_ifop_fjj_dilcrah_observatoire_26.06.2018_0.pdf

Les commentaires sont fermés.